Pirates des Caraïbes 5 : un médiocre retour aux sources


Il y a des films ou plutôt des sagas cinématographiques, plus ou moins réussies certes, qui parlent à toute une génération. J'ai grandi avec Pirates de Caraïbes. À dix piges j'étais déjà amoureuse de Will Turner et étais persuadée que j'allais me marier avec Orlando Bloom plus tard. Puis en grandissant j'ai découvert que le mariage était pas mal surfait et surtout que Jack Sparrow était finalement carrément sexy avec son côté crado déglinguo. Ce qui m'évoque d'ailleurs une soirée déguisée sur le thème "île au trésor" dont je ne parlerai pas ici. Je dirai juste que des Jack Sparrow il y en avait moult. Bref. Comme beaucoup de monde, je n'ai aucun souvenir du 4ème volet de la saga, les principaux protagonistes étant aux abonnés absents (ok Orlando Bloom n'étant pas présent). Ce cinquième film promettait un retour aux sources afin de titiller la fibre nostalgique des milléniales. Sauf que tenter de faire revivre une saga passée en se basant sur les mêmes tournures scénaristiques et quasiment sur le même postulat, n'est pas la solution la plus efficace. Pas du tout.



Mais de quoi ça parle ? Grosso merdo le rejeton Turner veut sauver son père -aka sexy Orlando- de la malédiction dont il est prisonnier. Il cherche dont à récupérer une fourchette géante magique. Pour cela il doit retrouver Jack Sparrow, qui a lui aussi besoin du précieux artéfact car des poupées de porcelaines géantes moisies lui collent aux basques. Tous deux croisent la route d'une nénette à la tête bien pleine qui va les aider - ou plutôt tout faire à leur place - à réaliser leur quête. 

Je ne vais pas m'appesantir sur les effets spéciaux peu réussis (pour que je me fasse la réflexion en n'y connaissant rien c'est qu'il doivent être sacrément dégueulasses) ni sur les décors en carton pâte. Les trois quart du budget du film ont du passer dans la communication monstre qu'ils ont effectuée, je ne vois pas d'autres explications. Je n'évoquerai pas non plus les incohérences monumentales que comporte ce long-métrage. Les personnages doivent avoir de sacrés bonnes crèmes anti-rides car ils n'ont pas une patte d'oie sur la face même vingt ans plus tard. J'y passerai beaucoup trop de temps.  

Pirates des Caraïbes est avant tout un film de divertissement, or je me suis profondément ennuyée. Rien ne contrebalance pour rattraper le scénario plus que prévisible. L'exposition est interminable. Le film gagnerait en rythme si on lui enlevait une demi-heure, chose aisée puisqu'il regorge de passages aussi inutiles que le personnage de Henry Turner. Alors oui, ces séquences totalement superfétatoires sont là en tant que clin d'oeil aux premiers épisodes de la saga. Sauf que franchement, on s'en serait bien passé. En outre, l'univers est totalement édulcoré, que cela soit au niveau des combats ou de l'esthétique même. On est bien loin du côté relativement sombre des deuxième et troisièmes opus. Ce qui est assez paradoxale quand on y pense. Il ne suffit pas de faire un assemblage succinct d'éléments qui ont fait leur preuve mais qui désormais usés pour réussir.

Peut-être suis-je devenue trop pragmatique en grandissant. Peut-être ai-je perdue mon oeil d'enfant. Pourtant je ne crois pas, j'aime toujours regarder Scooby-Doo le samedi matin. Quoi qu'il en soit, Pirates des Caraïbes 5 illustre parfaitement le fait que toutes les bonnes choses ont une fin (je fais abstraction du quatrième film totalement inutile). Encore faut-il s'arrêter au bon moment.

___________________________________________________________________________________________________________________


Et si toi aussi tu as vu le film donne-moi ton avis !

La bise ❤︎
(et prions pour qu'il n'y ai pas un sixième film)



Bavardages

  1. J'ai adoré je suis une grande fan de J.Depp et de pirates des caraïbes, j'ai encore bien rigolé cette fois. Par contre un truc me gène, l'âge d'Henri par rapport à Jack, ses parents et les autres ...

    RépondreSupprimer
  2. No way que je regarde ça, je veux garder intact le souvenir amusé que j'ai du premier film qui est sorti quand j'étais en cinquième.

    RépondreSupprimer
  3. Il faut que je te dise, j'aaaadoooore ta façon de rédiger tes articles, c'est le 2ème que je lis et je suis fan.
    Pour parler de PDC 5, heureusement qu'il était là pour remonter le niveau après le 4. Honnêtement, sans que le film soit du grand art, je l'ai quand même beaucoup aimé. Bien contente de retrouver les personnages d'origines. Mon âme de romantique invétérée a forcement adoré la fin.
    Je pense que le film était à regarder sans trop en attendre. Mais bon, je suis quand même bien contente de l'avoir vu.
    Ce soir, c'est Wonder Woman, j'espère ne pas être déçue.

    A bientôt
    Marie www.maristochats.fr

    RépondreSupprimer
  4. Etant une énorme fan de la sage, j'étais surexcitée avant d'aller le voir.. et finalement très déçue. Déjà le jeu des acteurs beaucoup plus lourd et stéréotypé que dans les précédents, un scénario très faible où trois batailles font tout le film... Bon, bon, aujourd'hui qu'il y avait la petite séquence de fin qui a fait fondre mon petit coeur et qui me donne envie d'aller voir un 6...
    Sans compter que la bande annonce donnait vraiment envie... et que les personnages et l'histoire étaient finalement exploitables !

    RépondreSupprimer

Heberger image
© 2017 NESSIVER