Madame Veil et les femmes


Lors de mon oral d'anglais pour le baccalauréat, l'examinatrice m'a demandé de citer une personne que je considérais comme un héros. J'ai évoqué Simone Veil, son engagement, son audace, et l'importance que j'accorde à son engagement. Le tout de façon approximative dans un anglais niveau lycée, entendons-nous en. Il me semble même avoir dit que c'était un de mes modèles. Elle l'est toujours d'ailleurs. Elle nous a permis d'avoir le choix. Aujourd'hui, cette femme incroyable est décédée, nous a quitté, est partie, emploie le terme que tu veux. On va probablement avoir droit à une sempiternelle rediffusion "D'un jour un destin". Tant mieux j'ai envie de dire. Tant mieux que l'on parle de femmes dans les médias, pour ce qu'elles sont et ce qu'elles font.


« L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien ; c’est nous qui, pour le construire, devons tout lui donner, lui donner notre vie elle-même. »



Aucune lutte n'est inutile. Aucun combat n'est vain. Mais rien n'est acquis. Surtout en ce qui concerne les droits des femmes. C'est cette autre grande Simone qui l'a dit. Simone de Beauvoir. Cette phrase n'a jamais été aussi vraie. Cela fait quarante ans que les femmes ont le droit d'avoir le choix. Pourtant, encore aujourd'hui, des pseudos associations renient cela. J'ai l'impression que lorsque l'on est une femme, une femme engagée qui plus est, la vie est un incessant pugilat. Regarde les mots employés partout. "Lutte", "combat", "courage". Il faut sans cesse se battre, pour tout, et, même en cas de victoire, il faut résister pour conserver le droit durement obtenu. C'est épuisant d'être une femme. Tout du moins c'est l'impression que cela donne.  

J'ai envie d'avoir le courage d'être comme vous Madame Veil. J'aimerais devenir une femme audacieuse, intelligente, convaincue et convaincante. Je n'ai pas envie d'employer le terme de "femme forte", car cela insinuerait que les femmes sont prédisposées à être de petites choses fragiles. Ce qui est faux (être biologiquement formée à expulser un bambin de son utérus n'est pas compatible du tout avec la notion de fragilité). Maintenant que vous n'êtes plus là, j'ai encore plus l'impression de vous être redevable, et donc de continuer le combat. Alors j'écris. Je ne sais pas si cela est assez fort, si cela suffit. Dans tous les cas, merci.


Tenons ardente cette flamme féminine et féministe
Pour vous Madame Veil, pour nous, et pour les autres


❤︎


Bavardages

Si t'as un truc à partager

Heberger image
© 2017 NESSIVER