Féministe en construction




Le mot « Féminisme » en lui même, ne m’a jamais rebutée. Je n’ai jamais perçu cette connotation négative que beaucoup lui prodigue. Certes il m'arrive de ressentir une certaine surprise de la part des gens quand je me revendique féministe. À croire que les gens sont presque moins outrés si tu assumes d'être raciste que si tu prônes l'égalité des sexes. Enfin. Le féminisme m’évoque à la fois un esprit de sororité et une volonté de revendication d'une identité qui nous est propre. J’ai la chance d’évoluer dans un environnement ouvert et bienveillant, depuis gamine. J'ai toujours vu les femmes de ma famille comme fortes et indépendantes, sans pour autant avoir grandi dans un milieu absolument matriarcal et militant. C’est probablement pour cela que j’ai intégré ce terme depuis moult. Cela a toujours été quelque part en moi.


Je suis une féministe en construction. Depuis un moment déjà. Je n’ai pas eu cette grande révélation, qui te tombe dessus et qui te fait tout voir différemment du jour au lendemain. Elle évolue au cours de mes écoutes, mes lectures, mes échanges. Je me nourris de tout ce qui est possible. Il arrive que le trop plein soit proche, surtout en ce 8 mars. La connerie est aussi de mise. Alors je déconnecte et je prends du recul. Puis je replonge et je m'imbibe de mots. J'ingère. J'analyse. Ça me bouscule. Mon regard a changé sur tellement de choses. Parfois cela m’effraie. J'ai peur de devenir trop virulente. Je suis dans cette phase où à la fois tout me révolte et pour autant j'ai l'impression d'être complètement passive.  

Tu vas peut-être me dire que je parle beaucoup de moi, mais pas vraiment des sujets qui font débats. Il est vrai. J'ai beau me sentir un peu plus légitime qu'avant, c'est encore compliqué d'écrire sans fausses notes. Je ne sais pas exactement comment agir. J'ai assimilé le truc, je le fais évoluer, maintenant il va falloir s'en servir.  Pour l'instant, j'ai juste décidé de partager ici mes états d'âme foireux de féministe en construction. Parce que peut-être quoi toi aussi tu peux te reconnaître dans ces questionnements un peu fragiles et très décousus.


Alors en ce 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, j’ai décidé partager quelques sources inspirantes qui m’aident dans mon cheminement.


NEWSLETTERS
Les Glorieuses par beaucoup de meufs cools
Quoi de meuf ? par Clémentine Gallot et Mélanie Wanga


LECTURES 
Libres ! par Diglee et Ovidie
Les Culottés par Pénélope Bagieu
et plein d'autres bouquins que je n'ai pas encore eu le temps d'entamer


PODCASTS
La Poudre chez Nouvelles Écoutes, par Laurène Bastide
Quoi de Meuf chez Nouvelles Écoutes, par Clémentine Gallot et Mélanie Wanga
Dans le genre chez Radio Nova, par Géraldine Sabbatia
Un podcast à soi chez Arte Radio, par Charlotte Bienaimé

___________________________________________________________________________________________________________________



Bavardages

  1. Je crois que nous sommes toutes des féministes en construction ! Et pas moins légitimes pour autant, même si je comprends largement ton ressenti

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. Au plaisir.

    RépondreSupprimer

Heberger image
© 2017 NESSIVER